La vielle bourse, et l'opéra

À gauche la Vieille Bourse de Lille. Nommée ainsi depuis la construction de la Chambre de Commerce et d'Industrie dans les années 1910, c'est sans conteste le monument le plus prestigieux de la ville. Située entre la Grand'Place et la Place du Théâtre, elle est l'un des témoins de l'intense activité économique qui se déroulait à Lille durant le Grand Siècle. Elle a été classée monument historique en 19211. Le bâtiment, quadrangulaire, est en fait un emboîtement de 24 demeures identiques qui renferment ce que l'on nomme la Cour intérieure, lieu où bouquinistes, fleuristes, joueurs d'échecs, flâneurs et touristes se donnent rendez-vous. Source : Wikipedia

Au fond le bâtiment de la chambre de commerce, aussi appelé nouvelle bourse. Historiquement la Chambre de commerce de Lille était située à la Vieille Bourse jusqu'à la construction de la chambre de commerce de Lille au début du XXe siècle.

À droite, l'Opéra.

En 1903, un incendie ravage le précédent opéra construit par Michel-Joseph Lequeux en 1785. La municipalité décide alors de lancer un concours pour la construction du nouvel édifice. Le lauréat du concours est l'architecte Louis Marie Cordonnier, dont l'inspiration puise du côté de l'Opéra Garnier et des théâtres à l'italienne. Source Wikipedia

Le rang du Beauregard

Les maisons à l'origine de l'architecture typique du Vieux-Lille

Le rang de Beauregard, dans le Vieux-Lille, à proximité de la vieille bourse et de la Grand'place est une succession de maisons privées. Leur architecture d'apparence similaire, s'inspirant du classicisme Français du XVIIème siècle, va devenir l'exemple à suivre jusqu'à ce qu'en 1674, dans le souci d'imposer une homogénéité, ces maisons à trois étages nouvellement bâties deviendront "la" référence, le canevas à suivre, et toute nouvelle construction sera soumise à l'approbation de la mairie. C'est ainsi que sont nés le Vieux Lille et l'architecture typique Lilloise du XVIIe siècle.

Mais si vous regardez d'un peu plus près, elles ne sont pas toutes identiques, et c'est ce qui en fait d'ailleurs leur charme. En effet, les propriétaires des maisons, dans le souci de se démarquer et démontrer leur réussite sociale, ont favorisé la décoration, créé de nouvelles couleurs ou mis en place de nouveaux détails d'ornementation. Ainsi tout en suivant un modèle unique, elles ont toutes leur propre "personnalité", leur propre charme. Vous découvrirez des édifices de différentes couleurs, avec différents médaillons, des fenêtres aux formes variées, ou encore des pilastres se terminant par des têtes d'anges.

Petit détail insolite: lors des restaurations des façades, les artisans ont laissé un boulet de canon, datant du siège de Louis XIV lorsqu'il a repris la ville aux espagnols. C'est sans doute pour ne pas oublier que Lille n'est française que depuis 300 ans.

Source : www.cityzeum.com