La vielle bourse, et l'opéra

À gauche la Vieille Bourse de Lille. Nommée ainsi depuis la construction de la Chambre de Commerce et d'Industrie dans les années 1910, c'est sans conteste le monument le plus prestigieux de la ville. Située entre la Grand'Place et la Place du Théâtre, elle est l'un des témoins de l'intense activité économique qui se déroulait à Lille durant le Grand Siècle. Elle a été classée monument historique en 19211. Le bâtiment, quadrangulaire, est en fait un emboîtement de 24 demeures identiques qui renferment ce que l'on nomme la Cour intérieure, lieu où bouquinistes, fleuristes, joueurs d'échecs, flâneurs et touristes se donnent rendez-vous. Source : Wikipedia

Au fond le bâtiment de la chambre de commerce, aussi appelé nouvelle bourse. Historiquement la Chambre de commerce de Lille était située à la Vieille Bourse jusqu'à la construction de la chambre de commerce de Lille au début du XXe siècle.

À droite, l'Opéra.

En 1903, un incendie ravage le précédent opéra construit par Michel-Joseph Lequeux en 1785. La municipalité décide alors de lancer un concours pour la construction du nouvel édifice. Le lauréat du concours est l'architecte Louis Marie Cordonnier, dont l'inspiration puise du côté de l'Opéra Garnier et des théâtres à l'italienne. Source Wikipedia

Hommage à Willy Ronis

"Ce jour là" est le titre d'un livre de Willy Ronis. Presque une auto-biographie ; il évoque en 52 photos quelques moments de sa vie. Chaque photo est accompagnée par un petit texte commençant par "Ce jour là".

Ce jour là donc, W. Ronis vola pour la première fois en parapente (Il avait 82 ans !) Comme d'habitude, il avait emporté son appareil et fit cette photo

Cet hiver je suis moi même allé skier avec mon appareil. Assis sur le télésiège, je voyais mes skis dans le vide. J'ai repensé à la photo de W. Ronis et j'ai fait celle-ci. Un petit clin d’œil au grand disparu.

Cascade II

Une cascade à moitié prise sous la glace en février. Sur le torrent de l'épine, lieu dit La Charbotaz, sous le pont du chemin rural des Vuargnes à l'Écherre, commune d'Arâches

Cascade III

La même cascade vue de plus près. En coulant sous la glace, l'eau a sculpté ces formes suspendues tout à fait mystérieuses.

La cuisine de Bellevue
Chez Fanny et ses amis
Tryptique énigmatique

Le musée de la photo de Charleroi est installé dans un ancien couvent. Le cloitre est fermé par des baies vitrées et certaines sont montées avec un verre dépoli. C'est cela qui donne cet aspect immatériel à cette photo qui pourtant n'a subit aucune retouche (hormis les ajustements d'exposition habituels)

Racines déchirées
Restes d'une souche plutôt arrachée que coupée
Racine séchée I
Racine ou souche desséchée à l'air libre
Racine séchée II
Racine ou souche desséchée à l'air libre
Racines d'épicéa à nu
Ces racines d'épicéas ont été photographiées l'été sur une piste de ski. Elles ont été mises à nu et polies par le passage répété de nombreux skieurs. P.-S. L'éclairage est 100% naturel. Pas le moindre petit coup de flash ou de réflecteur !
Racines suspendues
J'ai déjà photographié une première fois ces racines pendantes sur ce bloc de calcaire. Vous pouvez voir cette photo ICI, mais j'y reviens encore. Je les trouve très photogéniques. Cette fois je les ai traitées sur un mode presque "noir et blanc" alors que dans la photo précédente, la balance des blancs est plus proche de la couleur originale de la roche.
Fin d'hiver III

Quelque part sur la pointe de l'Arbaron en fin d'après midi. Une fine neige est tombée un peu plus tôt, juste ce qu'il faut pour blanchir un peu le sol ; cependant, pas suffisamment pour masquer l'herbe séchée par le froid. Un peu de lumière perce à travers les nuages. J'aime ces ambiances là ...

Fin d'hiver IV

Pourquoi cette photo provoque-t-elle une sensation étrange, un aspect trop lisse, trop organisé, trop propre peu-être. Probablement parce qu'elle représente un petit coin de nature très organisé puisqu'il s'agit du golf de Flaine/les Carroz. D'ailleurs regardez attentivement : voyez dans le bas de l'image, le chemin encore partiellement couvert de neige, mais ce chemin est goudronné ! Dans le langage populaire on dirait : trop beau pour être honnête.

Route de montagne à la tombée de la nuit.

De retour de la sortie photo (voir fin d'hiver III et Fin d'hiver IV) j'ai été scotché par l'ambiance qui régnait sur la route de Flaine. Route déserte, lumière crépusculaire, brume, sol mouillé... Voilà le résultat !

Racines en décomposition
En décomposition et sous la pluie !